Cefalù

Home / Où sommes-nous / Cefalù
Cefalu-seaview

Cefalù: Une ville à taille humaine

Cefalù correspond à l’idée de rêve que l’on se fait d’une petite ville pittoresque de pêcheurs. Nombreux sont ceux qui considèrent ce petit bijou construit directement au bord de la mer avec sa plage de sable blanc, sa mer turquoise, son charme méditerranéen presque déjà arabe et son imposante coulisse de rochers comme la station balnéaire la plus charmante de Sicile.

Ce ne sont pas uniquement ses couleurs intenses et sa situation géographique unique qui charment les gens, il s’agit bien de l’harmonieuse synthèse de la nature et de l’art qui augmente ce charme unique à l’extrême.

Les petites baies et les plages, les oliveraies et les plantations d’orangers avec le parfum enivrant des fleurs de Zagara, ses montagnes aux flancs couverts de forêts ainsi que ses nombreux trésors culturels au centre desquels se détache la masse imposante de la cathédrale arabo-normande, et puis le Christ Pantocrator géant tout brillant de mosaïques dorées, les bains arabes et le Portrait d’un Inconnu réalisé par Antonello Da Messina.

Cefalu-paesants

Mode de vie authentique

Flânez tranquillement dans les ruelles de la vieille ville médiévale ou asseyez-vous à la terrasse d’un café sur la Piazza, découvrez les Siciliens au quotidien en sirotant un Cappuccino: le parfum de la sauce tomate préparée avec du basilic frais s’échappe des Palazzi et des maisons médiévales.

Vous apercevez des femmes qui pendent leur linge au-dessus des ruelles et des Siciliens qui expriment force gestes leur opinion sur la politique actuelle et vous entendez des marchands de légumes et des poissonniers qui vantent leur marchandise à gorge déployée.

Parco-madonie-sicily

Nature généreuse

Faites un tour dans l’arrière-pays, dans le Parc Naturel des Madonie, vous y découvrirez des petites villes de montagnes trônant comme des nids d’hirondelles au-dessus du paysage avec de magnifiques randonnées à faire et des panoramas sublimes sur l’Etna et la mer avec les îles Éoliennes.

Vous rencontrerez des gens qui vivent souvent encore au rythme d’autres temps: des chevriers, des veuves en noir, des chercheurs de champignons et des cultivateurs d’artichauts.

cefalu-restaurants

Manger avec goût

Dans les restaurants situés directement au bord de la mer, là où l’on sert du poisson et dans ceux situés dans les petites ruelles vous apprendrez à connaître l’île d’un point de vue gastronomique. La cuisine sicilienne ne reflète pas seulement l’histoire de l’île et de ses habitants mais elle exprime également leur gaieté, leur force de caractère et leur joie de vivre.

Céfalù est membre de l’association I borghi più belli d’Italia (les plus beaux bourgs d’Italie) dont le but est de promouvoir les petites villes italiennes qui se distinguent par leur héritage historique, culturel et artistique ainsi que par la qualité de vie et de services proposée par les citoyens.

sunset-cefalu

La Rocca

Un mythe grec raconte l’amour et le désespoir du très beau berger Daphnis, l’Orphée de Sicile. Il tomba amoureux d’une nymphe, Echénéide, fille de la déesse Junon et l’épousa. Mais quand il trahit la fille avec la belle mais corrompue reine Clyméné, Junon, pour se venger, aveugla Daphnis. Dès lors il ira vagabonder sans but finissant ses jours sur la plage de Cefalù. A sa mort Mercure, par pitié, le transforma alors en rocher dominant la ville de Cefalù.

“Les habitants grecs le voyaient comme une énorme tête, et le nom de la ville veut dire en fait « tête ».

Le Rocher, connu par les Phéniciens comme étant le promontoire d’Hercule, est un spectaculaire rocher escarpé en calcaire de 270 mètres d’altitude. Les origines mythologiques et légendaires témoignent de l’importance du lieu, qui était un centre indigène devenu florissant grâce aux peuples qui faisaient du commerce en Sicile.

tempio-di-diana-cefalu

Le Temple de Diane

Le temple de Diane est un lieu de culte mégalithique et le seul monument préclassique de Sicile.

Le bâtiment mégalithique, qui a une structure en forme de dolmen le recouvrant, remonte au 5è siècle avant Jésus Christ, et a été érigé au-dessus d’une citerne protohistorique datant du 9è siècle avant Jésus Christ. Le temple est construit sur un plan polygonal et sur des murs faits d’énormes blocs de calcaire.

Le temple possède deux pièces de chaque côté d’un couloir central à la fin duquel se trouve l’entrée du temple surmontée d’une architrave monolithique sculptée.

Le temple, à l’origine un bâtiment sacré pour le culte de la lune et de l’eau, a été sans doute utilisé plus tard, en raison de sa position stratégique, comme lieu de surveillance. Ce petit temple est la preuve que l’homme s’est installé sur la Rocca bien avant la fondation de la ville sur la côte.

castello-cefalu-rocca

Le château

En haut du Rocher, on trouve les ruines d’un château qui doit remonter au 12è siècle. Le château était presque inaccessible, niché au sommet et protégé par deux ensembles de murs massifs circulaires.

Aujourd’hui, seules quelques pierres subsistent comme témoignages de sa puissance d’autrefois. Le bâtiment est agencé en rectangle et comprend douze pièces et deux tours.

Se promener autour des murs restants est l’une des expériences les plus enchanteresses que vous pouvez vivre à Cefalù, vous offrant une vue imprenable de la ville, de la mer turquoise et des montagnes environnantes.

La situation du château, qui domine toute la région entourant Cefalù, nous donne une idée de l’importance stratégique du Rocher. Le château a appartenu à l’évêque de Cefalù et a été habité jusqu’à la fin des années 1700 puis il a été abandonné et s’est malheureusement délabré.

porto-vecchio-cefalu

Le Vieux Port avec la Porta Pescara

C’est de la jetée du vieux port que l’on a la plus belle vue sur la façade de la vieille ville. C’est là que se trouve aujourd’hui encore la Porta Pescara, une des quatre portes de la ville datant du Moyen-âge, constituée d’un arc gothique qui donne sur une petite plage où encore aujourd’hui on aperçoit les petits bateaux colorés des pêcheurs locaux.

Le vieux port offre l’une des vues les plus charmantes de toute la ville ; on y voit la longue plage, les rochers dorés qui l’entourent, les collines vertes au fond, la silhouette de la cathédrale normande et l’imposant Rocher qui domine les maisons de la ville.

Mais la vue la plus spectaculaire est sûrement celle qu’offre le soleil plongeant dans la mer les soirs d’été, et qui diffuse des couleurs rougeâtres et orangées dans le ciel, et sur la mer et la ville.

lavatoio-cefalu

Le lavoir arabe

Le lavoir médiéval se trouve à l’embouchure du Cefalino, une petite rivière qui prend naissance dans les montagnes entourant Cefalù. Parcourant quelques kilomètres sous terre et sous certaines des habitations de la ville, la rivière se jette dans l’eau.

Un ancien mythe grec raconte que l’eau est en fait les larmes d’une nymphe de la rivière qui pleure toujours la mort de son mari bien-aimé.
Un élégant escalier de lave mène aux cuvettes sculptées dans la roche où l’eau coule à travers 22 bouches en fonte, dont 15 ont la forme de têtes de lion.

Avec son système ingénieux de transport d’eau, ce lavoir creusé dans les rochers ainsi que les planches à laver de pierre donnent une idée de la vie quotidienne telle qu’elle était jusqu’au début du XXème siècle.

Le lavoir était utilisé par les femmes qui s’agenouillaient pour laver leur linge en le frottant sur la pierre.
Une caractéristique du lavoir est la basse température de l’eau qui fait de lui un endroit frais et agréable pour vous rafraichir pendant les jours d’été les plus chauds.

cefalu-cathedral

Le dôme arabo-normand

Le dôme de Cefalù fait partie des monuments les plus imposants de la période normande. Sa construction, commencée en 1131, fut ordonnée par le roi Roger II pour répondre à un vœu qu’il avait fait lors d’un voyage en mer.

A l’intérieur il est dominé par ses mosaïques byzantines avec le Christ Pantocrator et 54 autres figures isolées sur fond d’or. Il a été construit par des architectes et des artisans arabes dans le respect des indications du culte byzantin.

C’est justement cette association particulière d’art chrétien et arabe qui confère à l’église son charme tout particulier et sa magie.
La façade principale de la cathédrale est flanquée de deux belles tours jumelles, mais pas tout à fait identiques, d’une à deux baies, qui exaltent sa majesté.

mandralisca

Le musée Mandralisca

Le musée Mandralisca doit son nom à Enrico Piraino, baron de Mandralisca, qui, passionné d’art, commença à collectionner en 1800 des objets d’art dans le palais de sa propriété, où l’on peut encore les admirer aujourd’hui.

Le musée possède plusieurs trouvailles archéologiques de grande valeur, dont le splendide bol grec représentant un vendeur de thon datant du 4è siècle avant Jésus Christ, une collection de tableaux du 16è et 17è siècle avec des peintures mortes, des tableaux byzantins et de jolies scènes Vénitiennes.

On y trouve également une importante bibliothèque qui contient plus de 600 volumes, dont certains sont très rares,une collection numismatique datant de la période grecque jusqu’au siècle dernier, et une remarquable collection de coquillages du monde entier.

Dans le musée Mandralisca se trouve un des plus beaux et des plus mystérieux portraits d’Antonello Da Messina, dit „Portrait d’un inconnu“. Il s’agit du premier portrait bourgeois avec un sourire (autour de 1470). On dit même qu’il aurait inspiré Leonardo Da Vinci pour sa Mona Lisa.

Osterio-magno-cefalu

L’Osterio Magno

L’Osterio aurait été la première résidence de Rogers II à Cefalù. Plus tard, il devint la résidence d’hiver des puissants comtes de Vintimille, une famille féodale qui régnait sur toute la région des Madonie.

Le palais est composé de deux bâtiments construits sur deux époques différentes. Le plus ancien, celui qui a une partie bicolore, construit en lave et en grès doré et rehaussé de deux fenêtres à meneaux, date de la fin des années 1200.

La tour carrée voisine a été construite dans les années 1300 et possède une fenêtre à trois meneaux qui démontre le lien entre l’architecture gothique et arabe. L’Osterio, à présent complément restauré, est utilisé pour des expositions artistiques et des conférences.

Osterio-magno-cefalu

Le Corso Ruggero

Au Moyen-âge, le Corso, axe principal de la vieille ville et rue principale commerçante, constituait la limite de la ville.

La rue, où se trouve la belle place de la cathédrale, sépare la vieille ville en deux parties du sud au nord ; au pied du Rocher s’étend la ville médiévale; c’est un labyrinthe pittoresque de rues minuscules, de ruelles, de passages étroits, de cours intérieures, d’escaliers et d’arcs ; près de la mer la ville est quadrillée de rues qui se croisent.

Le cours commence à la Piazza Garibaldi, où se trouve la Porta Terra qui est l’entrée principale de la vieille ville. Sur le site de la porte on peut encore voir quelques blocs énormes de murs mégalithiques. Aujourd’hui des églises baroques y alternent avec des palais qui abritent des magasins élégants.

Theater-sicily

Le théatre communal

Le théatre de Cefalù, petit bijou en forme de fer à cheval, a été construit en 1814. Il a connu une histoire troublée; il a fermé puis réouvert plusieurs fois, et a même été utilisé comme hôpital pour soigner des maladies infectieuses, et il a fermé définitivement en 1975 après avoir servi de cinéma pendant les années 50.

Il est resté fermé pendant 35 ans et après 3 ans de travaux, il a été restauré et a retrouvé sa splendeur passée et a réouvert au public. Il peut contenir 204 spectateurs dans son orchestre et ses trois gradins de balcons , et son plafond est décoré de fresques et d’ornements en stuc.

Le théatre fut utilisé en 1980 par le cinéaste Giuseppe Tornatore pour tourner le film Cinema Paradiso, qui remporta un Oscar. C’est en fait le cinéma où Philippe Noiret montrait les films qui initia sa passion pour le cinéma au jeune protagoniste.

Avez-vous des questions? Prenez contact avec nous!

Choisissez une date et réservez votre cours!